Image

Donnez à voir - Devenez mécène d'un chef d'œuvre

Je contribue !
10 925 €
sur 30 000 € collectés
2 jours restants
36 %
  • 98 donateurs
Je contribue !

Partager

Le musée Fabre a besoin de vous !
Participez dès maintenant à l’acquisition de L’impossible rencontre de Yan Pei-Ming et devenez acteur de l’enrichissement du patrimoine de Montpellier.

 


         Yan Pei-Ming, L'impossible rencontre, 2019, huile sur toile, triptyque (150 x 150 cm chaque)                  
       
                    © photographie : Clérin-Morin © Yan Pei-Ming, Paris, ADAGP, 2021

 
 
Né à Shanghai, installé à Dijon depuis 1980, date à laquelle il débute ses études à l’école des beaux-arts de la ville, Yan Pei-Ming découvre en 1988, lors d’un séjour à Montpellier, La Rencontre de Gustave Courbet. Aussi appelé Bonjour, Monsieur Courbet, ce tableau figure parmi les chefs d’œuvre du musée Fabre, donné par Alfred Bruyas à la Ville en 1868.
 
Gustave Courbet, Bonjour M. Courbet ou La Rencontre, 1854, huile sur toile, 868.1.23
© musée Fabre/Frédéric Jaulmes         

                 
En 2019, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Courbet, Yan Pei-Ming réalise en hommage au maître du réalisme un triptyque intitulé L’impossible rencontre, s’appuyant sur des photographies de l’artiste et de son mécène Alfred Bruyas, extraites de la documentation du musée Fabre. Au cœur de l’ensemble des trois panneaux, le peintre intègre son autoportrait, affirmant sa position d’artiste, dont il souligne la solitude contemporaine et qu’exacerbe le titre de l’œuvre.
 
      
                       1                                                    2                                                 3

À l’instar de Courbet, Yan Pei-Ming relie l’histoire à un ancrage intime, où la remémoration du souvenir accompagne le jaillissement de l’émotion. La peinture de Yan Pei-Ming, d’une grande maîtrise technique, se caractérise par un usage très fréquent du noir et blanc, traité dans une veine expressionniste, exécutée avec force et vigueur. Grand portraitiste, Ming ne recherche néanmoins pas le réalisme de ses figures, ainsi qu’il l’indique lui-même : « La représentation de la réalité ne m’intéresse pas, car pour moi, il n’y a pas de réalité vraie ou de réalité absolue. À priori, il n’y a pas de mensonge non plus. Avec le portrait, je livre seulement une possibilité, une hypothèse. Mais je crois que la peinture a toujours été un mensonge parfait ».
 

 
Résolument tourné vers l’avenir et la scène picturale actuelle, le musée Fabre souhaite enrichir ses collections de cet ensemble magistral de trois toiles, qui contribuera, dans la lignée des oeuvres données à la Ville de Montpellier par Alfred Bruyas à la fin du XIXe siècle, au patrimoine de demain.


 
 
YAN PEI-MING, ARTISTE MAJEUR DE LA SCÈNE INTERNATIONALE
Sa participation remarquée à la Biennale de Venise en 2003 le consacre sur la scène internationale si bien que six ans après, le musée du Louvre l’accueille pour une confrontation avec La Joconde. Ces dernières années, l’artiste a bénéficié d’expositions monographiques dans plusieurs institutions à travers le monde (Des Moines Art Center, 2008 ; Beijing Center for the Arts, Pékin, 2014 ; CAC Málaga, 2015 ; Musée du Belvédère, Vienne, 2016). En mai 2019, il a présenté « L’Homme qui pleure », exposition qui inaugure la réouverture du musée des beaux-arts de Dijon. La même année, il expose Un enterrement à Shanghai (Montage céleste, Ma mère, L’adieu) au musée d’Orsay, dans lequel il revisite Un enterrement à Ornans de Courbet, et présente une quinzaine de toiles au Petit Palais à Paris, mises en dialogue avec celles du célèbre peintre ornanais. Ses oeuvres figurent entre autres dans les collections de la Fondation Louis Vuitton, de la Fondation de François Pinault, ainsi que dans d’importantes collections publiques, du Musée national d’art moderne – Centre Pompidou au Musée national d’art moderne de Tokyo.

 
Merci à vous !

1.Attribué à Georges d’Albenas,Alfred Bruyas (au chapeau), vers 1854, photographie, fonds documentaire du musée Fabre. © Musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole/photographie Frédéric Jaulmes
2..Portrait de Yan Pei-Ming. ©Photographie : Marie Clérin © Yan Pei-Ming, ADAGP, Paris, 2021
3.Carjat&cie, Portrait de Courbet (1819-1877), peintre, contretype d’une photolithographie, Paris,Musée Carnavalet, Histoire de Paris. © Ø Paris Musées /Musée Carnavalet

Je participe...

Pour tout montant, mon don sera déductible à hauteur de 66 % du montant du don, dans la limite annuelle de 20 % du revenu imposable et mon nom sera associé à tous les supports du musée consacrés à l’œuvre de Yan Pei-Ming
 
Je contribue !

Dès 40 euros

Je reçois un billet d'entrée pour les collections permanentes du musée Fabre
 
Je contribue !

Dès 75 euros

Je reçois deux billets d'entrées pour les collections permanentes du musée Fabre
Je contribue !

Dès 250 euros

Je reçois deux abonnements d'un an au musée Fabre
Je contribue !

Dès 300 euros

Je reçois deux abonnements d’un an et un billet d’entrée pour les expositions temporaires et la collection permanente

 
Je contribue !

Dès 1000 euros et plus

Je reçois un exemplaire du guide des collections du musée Fabre, un exemplaire du catalogue d’exposition Bonjour M.Courbet, deux abonnements d’un an au musée Fabre et je suis convié à une visite prestige menée par la conservatrice en charge des collections modernes et contemporaines
Je contribue !